Caouanne Tech Plongée

Caouanne Tech Plongée, la plongée Tech & Recycleur à Paris

La plongée Tech, c’est quoi ?

En premières réponses : des plongées avec beaucoup de matériels … des plongées réservées aux hommes… c’est compliqué …

Pour CaouanneTechPlongée, rien de tout cela. La plongée Tech, c’est tout simplement bénéficier et utiliser la technique pour améliorer la sécurité de nos plongées, notre confort ou accroître nos capacités d’exploration du formidable milieu sous-marin. Elle est donc accessible à tous, et s’utilise dans toutes les situations de plongées !

Plongée recycleur

Comment rester longtemps sous l’eau ?

Question à l’origine du scaphandre autonome qui, grâce à son réservoir d’air sous pression, permis d’augmenter significativement la durée des incursions sous-marines.

Mais l’autonomie initiale fût vite augmentée grâce à l’utilisation de bouteilles de volume plus important, puis d’une pression de gonflage de 300bars.

C’est ainsi qu’en seulement quelques années nous avons pu bénéficier de plus de 4500 l d’air emporté dans une seule bouteille de 15 L gonflée à 300 bars

De fait, l’air inspiré et aussitôt expiré ne fait que s’enfuir dans l’eau…

Que faire pour rester plus longtemps : ne plus laisser l’air s’enfuir ! Donc la conserver, la recycler… Soit ne consommer que les 0,8L/min nécessaires à notre organisme ! Le recycleur est né.

Comment plonger davantage en sécurité ?

L’un des dangers les plus importants qui guette le plongeur : la fameuse narcose des profondeurs, due à l’augmentation de la pression partielle d’Azote. Aussi, pour en alléger les effets, il faut diminuer cette pression partielle en augmentant le pourcentage d’oxygène respiré, soit plonger au Nitrox, soit plonger avec une PpO2 constante, soit diminuer le pourcentage d’Azote par l’adjonction d’un gaz plus léger comme l’Hélium. Dans ce dernier cas, nous utilisons un Trimix. Le Trimix est un mélange 02, Hélium et Azote calculé sur la base d’une équivalence plongée azote de 3,2b (soit un équivalent 30m).

Un principe de sécurité de base : la redondance

Mais attention, si le plongeur tech possède une capacité accrue d’exploration sous-marine, il demeure soumis aux mêmes lois physiques et physiologiques que les autres plongeurs. Le moindre problème peut avoir des conséquences catastrophiques. Si la sécurité est de mise, la première responsabilité du plongeur demeure la prévention : la redondance matérielle et technique est fondamentale…C’est pourquoi le plongeur recycleur emporte avec lui des bailout, des blocs de plongée en circuit ouvert pour pallier tout incident de son recycleur.

Les 3 premiers principes à respecter pour garantir sa sécurité en recycleur ?

Ces trois principes sont les suivants :

1.Connaître sa PpO2 …

2.Connaître sa PpO2 …

3.Connaître sa PpO2 …

En effet, que votre CCR soit en régulation manuelle ou automatique, la maîtrise de sa PpO2 est Le sujet de la plongée en circuit fermé.

Elle doit impérativement être comprise entre le seuil hypoxique et hyperoxique, soit 0,14 < PpO2 < 1,6b. La valeur de réglage fond est généralement comprise entre 1,1 et 1,2b.

La mesure est réalisée en continu par plusieurs cellules qui, après étalonnage avant plongée, transmettent leurs informations à un ordinateur de plongée ou à un oxyscan.

La plongée TECH ?

De notre point de vue, cette plongée est TECH car il s’agit avant tout de bien comprendre et bien utiliser l’ensemble des règles et lois régissant la plongée en circuit ouvert, et les utiliser, les exploiter en plongée.

Pour exemple, en cas de divergence des indications fournies par les cellules d’oxygène, est-il possible de reprendre la main et d’identifier la cellule juste ?

Oui, tout simplement en rinçant complètement sa boucle au diluant. Si le diluant est de l’air, et que nous sommes à -30m… la Pabs est de 4b. L’ai contenant 21% d’O2, la PpO2 est de 4×0,21, soit 0,84b… Il suffit d’identifier la cellule qui donne cette valeur.

La plongée Tech se décline aussi par l’utilisation de mélanges gazeux moins narcotiques (Nitrox, trimix, …), de configurations ou de matériels différents (Sidemount, scooter, combinaison étanche, …).

Les matériels de la plongée Tech & Recycleur

Le recycleur, système central de la plongée technique

Recycler le gaz respiratoire

Le recycleur, Close Circuit Rebreather, est en fait un scaphandre en circuit fermé, à l’inverse du scaphandre autonome en circuit ouvert.

Il est constitué de faux poumons, d’un canister, d’une boucle respiratoire, d’une bouteille d’oxygène et d’une bouteille de diluant.

Filtrer le CO2

Pour permettre de demeurer longtemps sous l’eau, il convient d’épurer le gaz du C02 rejeté à chaque expiration. C’est la fonction de la chaux sodée contenue dans la cartouche filtrante, nommée canister. 1kg de chaux sodée permet de disposer d’environ 90min de capacité d’épuration.

Mesurer la PpO2

Mais le risque est grand, à force de recyclage de l’air, d’appauvrir le mélange en oxygène. Il est donc VITAL de mesurer en permanence la PpO2 du mélange gazeux. Tous les recycleurs sont donc équipés d’un système de mesure de la PpO2, soit manuel, soit automatique.
La régulation de la PpO2 est soit par injection manuelle, soit réglée automatiquement par un ordinateur qui assure l’injection via un solénoïde qu’il commande.

Oxyscan : connaitre sa Pp O2, Connaitre sa Pp O2, Connaitre sa Pp O2…Tel est le mantra du plongeur en recycleur… oui mais comment? Avec L’Oxyscan 100 sur les recycleurs submatix.

L’Oxycsan 100 est un système simple de contrôle de la Pp O2 , avec un logiciel préinstallé d’asservissement (Set Point Controller)

L’Oxyscan est relié à un capteur d’oxygène (de petites piles à combustible dont l’intensité du courant est proportionnelle à la pression partielle d’O).

Avant toute utilisation, l’Oxyscan doit être calibré, ceci est fait à l’air, dont le mélange est stable et la proportion d’O2 connue (21%).

oxyscan
PpO2 de 0,21b

Au cours de la plongée, le plongeur est informé de sa Pp O2 soit en regardant les consoles (affichage numérique) soit par l’intermédiaire  du HUD (head up display) qui l’informe d’éventuelles alarmes (limites hautes et basses) par des LEDs de couleur

 Il est à noter que les capteurs d’oxygène sont des consommables, il convient donc de les changer régulièrement et d’avoir un système redondant. Photo cellules

Diluer l’O2

Dans un CCR, le gaz respiré est enrichi en O2. Encore faut-il que la Pp02 de ce gaz soit naturellement inférieure à la PpO2 souhaitée. C’est le rôle du diluant, qui peut être de l’air ou du trimix.

Les recycleurs utilisés par Caouanne Tech Plongée

Pour la plongée à l’oxygène
Caouanne Tech Plongée dispose d’un recycleur ARO C96 fabriqué par la marque italienne San-O-Sub

Ce recycleur entièrement mécanique, à la fois simple et robuste, comprend :

  • un sac ventilatoire unique d’une capacité de 9,5 litres (faux poumon)
  • une cartouche de chaux sodée d’une capacité de 1,5kg
  • un bloc d’oxygène pur de 2l à 200bar
  • deux tuyaux annelés
  • un embout obturable
  • un système d’injection manuelle d’oxygène.
  • Un manomètre de contrôle de la pression d’oxygène
  • Des clapets unidirectionnels assurent un sens unique de circulation du gaz dans la boucle ventilatoire.

L ’air expiré par le plongeur passe au travers de la cartouche de chaux sodée qui fixe le CO2.

Après fixation du CO2, le gaz continue son circuit dans la boucle (avec injection d’O2 si besoin) pour une nouvelle inspiration par le plongeur.

Léger (6kg) et peu encombrant (40cm x 40cm x 11cm, hormis la bouteille d’O2), ce recycleur offre une autonomie d’environ deux heures,  sa profondeur maximum d’utilisation est de 6 mètres.

Le SMS 100 de Submatix

Premier CCR de Caouanne Tech Plongée, le SMS 100 est totalement mécanique. D’une fiabilité exceptionnelle, sans une once d’électronique embarquée, il séduira les allergiques des systèmes complexes. Avec deux oxyscan et un injecteur d’O2couplé à une buse à débit massique réglable, vous pouvez régler à votre souhait la PpO2 de votre boucle.
L’ajout d’un booster manuel de diluant complète le confort et la sécurité de ce recycleur.

Le Quantum Submatix

Le Quantum et le mini-Quantum allient fiabilité, performance et solidité.

Avec son canister en double paroi (excellente isolation thermique de la chaux sodée, notamment pour les plongées en eau froide), son injection automatique d’O2 et un pilotage dés plus fins par l’ordinateur SPX, le Quantum est destiné aux plongeurs les plus exigeants.

L’APDiving

Les recycleurs APDiving sont les recycleurs les plus distribués dans le monde. Simple, doté d’une électronique de qualité intégrant gestion de la PpO2 et désaturation, l’AP… représente un excellent choix pour un usage polyvalent.

Petit plus : une check-list aide-mémoire pour la vérification de la machine.

Le Mégalodon d’ISC

Le recycleur de l’US Navy. Aussi solide qu’un sous-marin, construit dans une logique modulaire, il est configurable à l’infini… Fiable, solide, très solide, il pèse aussi son poids. Plus particulièrement dédié aux plongées profondes ou engagées.

Les matériels annexes

Plonger avec un recycleur, c’est également utiliser un ensemble de matériels annexes confortant la sécurité, ou le plaisir d’être en plongée…
Les bails-out
De toutes les tailles, de toutes les dimensions, pour tous les usages et toutes les configurations possibles
Indissociable du CCR, le bail out représente le secours indispensable en cas de défaillance du recycleur. Si de nombreux volumes différents sont disponibles, l’aluminium est cependant largement privilégié par les plongeurs tech, en raison des avantages de poids présentés par ce matériau.

Les dévidoirs et les parachutes à clapet

Se signaler en surface, se soutenir au palier. Le parachute de palier et son dévidoir sont aussi utiles pour se signaler le temps du palier que pour se soutenir. En effet, lancé dés le fond, les parachutes servent :

  • soit à signaler la position
  • soit à prévenir d’un problème

Les flasheurs

Un retour d’expérience sur les flasheurs que nous utilisons

Eléments indispensables du plongeur en CCR qui s’aventure dans l’eau chargée. Peu de visibilité, pas de bulle… comment se faire repérer par ses amis de palanquée ? Le flasheur est alors indispensable.

Les ordinateurs

Nous faisons confiance au PETREL de Sharewater. Simple, robuste, à l’ergonomie implicite et fonctionnelle, ils sont soit connectés au recycleur (mesure de PpO2 en temps réel) ou indépendants.

Le scooter Téséo

Tout à la fois propulseur, outil de sécurité et de confort, le scooter pallie les problèmes d’hydronamie du plongeur tech..

Le matériel de prise de vue

Et nos valises…

Comment protéger tout ce matériel lors des voyages, qui plus est les voyages en avion ? Tout simplement en les mettant dans une valise rigide, avec des blocs démontés, et de belles étiquettes expliquant explicitement le contenu…

L’installation gaz

Le booster

Le booster permet le transfert et la mise en pression de l’oxygène et de l’hélium. Alimenté par de l’air comprimé, il représente un élément essentiel dans le circuit de gonflage des blocs d’oxygène. Attention, il est assez gourmant en air comprimé pour apporter la puissance nécessaire à la compression de l’O2.

Le compresseur

Nous avons opté pour la souplesse d’emploi en investissant dans un compresseur mobile NARDI de 6m3. Gonflage rapide des blocs de diluants et des bailouts, apport de puissance via un bloc tampon de 15l pour le booster…

Le vaisseau amiral

Un catamaran EDELCAT 35, pour un hébergement en petit groupe à proximité de la zone de plongée.

0 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *